Photo

LOUIS RIEL

« 115e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE LOUIS RIEL, PÈRE DU MANITOBA ET FRÈRE DE LUTTE DES QUÉBÉCOIS », PAR ISMÈNE TOUSSAINT, L'ACTION INDÉPENDANTISTE DU QUÉBEC (2000)

 
« Louis Riel », bande dessinée de Chester Brow

115e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE LOUIS RIEL, PÈRE DU MANITOBA ET FRÈRE DE LUTTE DES QUÉBÉCOIS

                                     PAR ISMÈNE TOUSSAINT, L'ACTION INDÉPENDANTISTE DU QUÉBEC  (2000)

L’Ac
tion indépendantiste du Québec et la section Ludger-Duvernay de la SSJBM tiennent à souligner le martyre de Louis Riel, sympathisant de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et lui-même co-fondateur de la
« section de l’Ouest » au Manitoba, dans les années 1870-1871.

Victime d’un racisme primaire, de la soif de conquête des barons de la finance et du rail, et de la volonté de suprématie linguistique des gouvernants canadiens-anglais, Louis Riel fut livré en pâture par le ministre Macdonald au fanatisme des orangistes, et pendu le 16 novembre 1885 à Regina, en Saskatchewan, après un procès entaché d'irrégularités. Sa disparition permit à ses ennemis de faire voter en toute impunité la loi Greenway de 1890 qui priva ses compatriotes de leur langue pendant 90 ans, puis la loi Thornston de 1914 qui les condamnait à une assimilation lente.

Poète, résistant, président du gouvernement métis, bâtisseur d’une patrie perpétuellement opprimée, écrivain méconnu, champion de la langue française, député paria, mystique et prophète d’une nation toujours en voie d’édification, Louis Riel fut tout cela à la fois et même bien plus : l’annonciateur de notre monde moderne et du futur indépendantisme québécois.

C’est cet homme émouvant, à la personnalité rebelle et au destin tumultueux, que la signataire du présent article vous invite à redécouvrir ce mois-ci à travers un hommage publié aux Éditons Stanké : Louis Riel, Le Bison de cristal. À la fois reportage historique et plaidoyer en faveur de la personne et de l’œuvre littéraire de ce grand patriote, il aspire à faire rayonner son nom dans les mémoires et à servir la cause des Métis et de tous les francophones.

Article paru dans L'Action indépendantiste du Québec, Montréal, n° 21, décembre 2000, p. 8.

 

 

 

 

© Ismène Toussaint


Haut de la page

Administration