Photo

LOUIS RIEL

« LE PERSONNAGE DU MOIS : ISMÈNE TOUSSAINT », PAR ANTHONY SCHWARZMANN, LA GAZETTE-AUTOCHTONES (23 FÉVRIER 2013)


Anthony Schwartzman

LE PERSONNAGE DU MOIS : ISMÈNE TOUSSAINT

PAR ANTHONY SCHWARTZMAN1, LA GAZETTE-AUTOCHTONES (23 FÉVRIER 2013)

Née en France, plus exactement à Saint-Brieuc, en Bretagne, Ismène Toussaint, dans sa plus tendre enfance, se passionne pour l'écriture et publie ainsi dans des journaux locaux. Plus tard, elle fait ses études de Lettres à l'Université de Rennes II. Elle devient journaliste, chroniqueuse littéraire et artistique, puis chef de rédaction d'un journal hebdomadaire, La Liberté.

En 1989 et 1991, elle est lauréate d'un concours de recherche lancé par le Ministère des Affaires Étrangères et le Conseil International des Études Canadiennes (CIEC). Elle part au Manitoba, en terre Métisse, effectuer un doctorat de Lettres. Son sujet de thèse portait sur L'Homme et la Nature dans l'œuvre de Gabrielle Roy. Elle est alors bouleversée par le personnage historique de Louis Riel (1844-1885) qui, rappelons-le, était le chef de la Nation Métis et avait été pendu injustement par les autorités fédérales canadiennes pour avoir défendu les droits des Métis et même des Premières Nations.

Par la suite, elle deviendra son enfant spirituelle. En témoignent ses articles et ses ouvrages,  tels Louis Riel, le Bison de cristal (Éditions Stanké, Montréal, 2000), Louis Riel: Journaux de guerre et de prison (même éditeur, 2005) et Gabriel Dumont : Souvenirs de résistance d'un immortel de l'Ouest (Éditions Cornac/Michel Brûlé,  Québec, 2009). Ses campagnes littéraires visent un public large, afin de mieux faire connaître ce personnage bafoué.

En 2002,  elle obtient le prix André-Laurendeau, ce qui lui vaut une reconnaissance en tant qu'écrivaine, «une des meilleures de la Nation québecoise», dira quelques années plus tard un orateur de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM).

En 2005, elle travaille avec efficacité mais surtout une telle persévérance qu'elle rapproche les Métis de l'Est et les Métis de l'Ouest - par ses écrits, mais aussi sur le terrain. Car rappelons-le, ces deux Nations métis étaient séparées par des siècles d'injustices et d'incompréhension. Elle a donc été le pont qui a su les joindre. Un Acte d'Union métisse Est-Ouest a même été officiellement signé en 2007, ratifié par un homme de loi et approuvé deux ans plus tard par de nombreux Métis anglophones.

Ayant été reconnue comme « véritable fille métisse », Ismène Toussaint a été adoptée par plusieurs Nations entre 2005 et 20132.

Pour son travail charismatique et pour la renommée de ses œuvres écrites, le journal La Gazette-Autochtones attribue à cette écrivaine une place d'honneur ce mois-ci.

http://gazette-autochtones.skyrock.com/3145126840-Personnage-du-mois-Ismene-Toussaint.html


NOTES

1. Né à Montbéliard (région de la Franche-Comté, France), d'un père français et d'une mère mohawk, Anthony Schwartzman, dit Lotsikwaronnion He Okwari (Ours étoilé  ou Constellation de la Grande Ourse), travaille au sein de l'Armée de l'air à Dijon, en Bourgogne. Pratiquant sa culture métisse malgré l'éloignement du Canada, il anime également la page Facebook «Je suis fier des mes origines amérindiennes».

2. Sa dernière adoption métisse a été effectuée le 13 janvier 2013 par le clan Grant « Siol Cudbright » du Manitoba (Première intendante : Mme Alexandria "Grant" Horyski), qui est le premier clan écossais officiel d'Amérique du Nord. Il est constitué de Métis écossais, certains étant apparentés à Cuthbert Grant, le fondateur de la Nation métisse (1816). Ismène Toussaint avait été auparavant adoptée le 20 novembre 2010 par la Nation Métis Contemporaine (NMC - président-chef : M. Claude Samson), essentiellement formée de Métis de la région de Lanaudière, au Québec.

(Notes d'I. Toussaint)

 

 

 

 

 

© Anthony Schwartzman, La Gazette-Autochtones


Haut de la page

Administration