Photo

LOUIS RIEL

« LOUIS RIEL, LE BISON DE CRISTAL, PAR ISMÈNE TOUSSAINT, ÉDITIONS INTERNATIONALES ALAIN STANKÉ, MONTRÉAL, 2000 », COMPTE-RENDU BIBLIOGRAPHIQUE DE MONIQUE GENUIST, LE RÉVERBÈRE ALLUMÉ, VICTORIA, COLOMBIE-BRITANNIQUE (2001)


«Louis Riel», par Louis Savoie

« LOUIS RIEL, LE BISON DE CRISTAL, PAR ISMÈNE TOUSSAINT, ÉDITIONS INTERNATIONALES ALAIN STANKÉ, MONTRÉAL, 2000 »

COMPTE-RENDU BIBLIOGRAPHIQUE DE MONIQUE GENUIST, LE RÉVERBÈRE ALLUMÉ (2001)

D'origine bretonne, Ismène Toussaint, qui a passé plusieurs années au Manitoba, a déjà publié un ouvrage intitulé les Chemins secrets de Gabrielle Roy - Témoins d'occasions1, qui rassemble les témoignages inédits de diverses personnes ayant connu la romancière. C'est de nouveau au Manitoba qu'Ismène Toussaint se rattache avec cet essai consacré à Louis Riel, dans lequel elle retrace les différentes étapes de sa vie.

Né en 1844 à Saint-Boniface, c'est de sa grand-mère paternelle, Marguerite Boucher, Métisse franco-chippeyan, que Riel tient du sang indien. Après avoir vécu son enfance à Saint-Boniface, qui n'était alors qu'un gros village, à treize ans il est envoyé sous l'influence de Mgr Taché, au Collège des Sulpiciens, à Montréal, afin de faire ses études pour devenir prêtre. En 1868, il est de retour au pays natal, oú il endosse pleinement la cause des Métis, alors que ceux-ci se voient menacés d'être expropriés de leurs terres, le long de la rivière Rouge, par l'arrivée de nouveaux immigrants anglophones.

Louis Riel devient chef du gouvernement provisoire du Peuple de la Terre de Ruppert et du Nord-Ouest : ce gouvernement est formé pour protéger les Métis contre les manigances de la Compagnie de la Baie d'Hudson avec le parlement britannique et le gouvernement canadien. Ismène Toussaint démontre clairement comment Riel est vraiment innocent de la condamnation à mort de Thomas Scott, orangiste fanatique, hostile au gouvernement provisoire des Métis. Mais Riel est considéré comme assassin par le gouvernement canadien et doit se réfugier aux États-Unis.

En 1884, Gabriel Dumont vient le chercher, lui demandant de l'aider à défendre de nouveau les droits et les terres des Métis, qui se sont réfugiés et installés à présent sur les rives de la rivière Saskatchewan. Riel répond à cet appel.

Le premier ministre canadien John Alexander Macdonald, envoie alors l'armée, gigantesque déploiement de troupes et de matériel militaire, pour mater ce qu'il considère comme une nouvelle rébellion des Métis dans les régions de Duck Lake, de Prince Albert, de Batoche. Peu nombreux, mal armés mais bien menés par l'intrépide Gabriel Dumont, les Métis réussiront d'abord à tenir tête mais finiront par devoir céder sous le nombre.

Et c'est Louis Riel, leur chef, qui va payer de sa vie. L'auteure montre comment il est victime d'un procès inique, tenu à Régina le vingt juillet 1885. Il est condamné à mort, « selon une loi britannique datant de 1532, qui prévoit dans tous les cas la peine de mort, et non en vertu de la loi canadienne de 1868 préconisant l'emprisonnement à vie pour atteinte à la sûreté de l'état. »

Riel est pendu à Régina le seize novembre 1885. Son corps est transporté et enterré dans le cimetière de Saint-Boniface. Ce que l'auteure ne dit pas, c'est que le cercueil sera coulé dans le béton, afin qu'il ne puisse être profané.

Ismène Toussaint présente les différentes facettes de ce personnage face à son destin tragique, à la fois passionné et indécis, humble et ambitieux, catholique fervent et rebelle illuminé, homme politique et poète. Bien documenté, bien écrit, illustré de photographies d'époque, ce livre présente Riel comme le symbole de la résistance des minorités métisse et francophone dans l'Ouest, tout en offrant un témoignage sur un épisode crucial de l'histoire des provinces des Prairies.

Article paru en mars 2001 dans Le Réverbère allumé, Victoria, Colombie-Britannique. 

 NOTE

1. Éditions Stanké, Montréal, 1999.


Mme Monique Genuist

 

 

© Monique Genuist - Le Réverbère allumé -
Dessin et photo : Société historique de Saint-Boniface - prisedeparole.ca - 

 

 

 

 

 

 

 

 


Haut de la page

Administration